E réputation

L’E-réputation, facteur décisif dans la gestion d’une carrière ou des ambitions futures

Avoir une réputation digitale irréprochable, tel est le défi de chaque internaute dans les jours avenirs.

L’e-réputation représente l’image que vous renvoyez sur internet, elle contribue à votre image de marque. Aujourd’hui, les enjeux de votre présence sur internet sont de taille et c’est devenu un réflexe de chercher une personne ou un produit sur le net. Les consommateurs détenant de plus en plus la parole, s’orientent désormais vers les moteurs de recherche pour trouver des solutions à leurs problèmes. Selon une étude IFOP, près de 8 internautes sur 10 consultent les avis sur Internet avant d’acheter.

Pour cela, ils effectuent des recherches sur les réseaux sociaux, les forums ou encore les sites d’avis car certains se décident à acheter après avoir lu les témoignages d’autres consommateurs. Il s’agit avant tout de vérifier si la promesse faite par l’entreprise (campagnes marketing, descriptif produit, visuels…) est réellement celle vécue par ses clients.

Il y’a un adage qui dit : « la charité bien ordonnée commence par soi-même »

En effet, en matière de veille et de cyberisques, une bonne veille commence par sa propre personne, sa structure. Il est important de scruter régulièrement Internet pour voir dans les résultats apparaissant ce qu’il est dit de soi ou de sa société. Cela permet d’en avoir une opinion extérieure, d’une part, mais aussi d’identifier les atteintes réputationnelles dirigées contre une organisation d’autre part.

Plusieurs carrières ont pris fin à cause des publications sur les réseaux sociaux. On se souvient du cas de Adama Cissé, agent de propreté licencié à cause d’une photo publiée sur les réseaux sociaux, à Paris.

 

Le bad buzz du slip français

En janvier 2020, dans une vidéo, visionnée par plus d’un million de personnes, on voit une jeune femme danser avec le visage grimé en noir et vêtue d’un boubou africain, pendant qu’un homme imite un singe avec un masque de macaque. Le tout sur le son de « Saga Africa », et sous les éclats de rire de la dernière personne.

Face à ce « bad buzz » et à un appel à boycott, la société Le Slip français a convoqué ses deux collaborateurs et les a mis à pied à titre conservatoire. L’écurie chinoise de sport automobile DS Techeetah affirme également au Parisien avoir « suspendu » son employée, celle de la danse et du « black face ».

Il faut un grand travail pour bâtir une bonne réputation mais seule une mauvaise action peut la détruire. Veiller constamment sur les réseaux grâce aux outils de veille comme : Tweetdeck, Google alerts etc.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *