La monnaie en espèce va-t-elle disparaître pour au profit de l’Euro digital ?

Il est trop tôt pour le dire mais il est certain que depuis l’arrivée de la pandémie de Covid-19, les habitudes ont beaucoup changé et le payement en espèces a fortement régressé dans la zone Euro.

Le digital révolutionne le monde. Nous assistons au quotidien de jour en jour aux avancées technologiques grâce au numérique. Après la mise en place du télétravail, des
achats en ligne, aujourd’hui on nous parle de l’Euro digital.

Un euro numérique serait une forme électronique de monnaie de banque centrale qui permettrait à tous  ménages comme entreprises d’effectuer leurs des paiements de façon plus efficiente. En effet, ce nouveau fonctionnement faciliterait les transactions tant de par la rapidité, la facilité d’usage que par la sécurité qu’il offre aux usagers explique la BCE dans un récent rapport. Ses promoteurs font valoir que les transactions seraient beaucoup plus rapides, voire instantanées, car ils ne nécessiteraient pas de règlements interbancaires, et donc disponibles 24h/24, 7j/7.

Plusieurs pays comme la Chine ou les Etats-Unis ont commencé à réfléchir sérieusement à émettre leur propre crypto-monnaie. D’ailleurs en 2019, Facebook lançait le projet de la création d’une monnaie spéciale le « Libra » afin de permettre aux internautes de se faire des transferts d’argent de pair à pair via des applications comme Lydia, Pumpkin ou PayPal.
Cette réflexion a poussé la BCE (La Banque Centrale Européenne) à lancer le 12 octobre2020 une consultation destinée à connaître les attentes du grand public, du secteur financier et des institutions à l’échelle européenne pour une durée de trois mois.

Un risque pour les banques nationales

Il est évident qu’une monnaie digitale fragiliserait les banques de la zone Euro car le principal risque serait la fuite des épargnants vers cette nouvelle forme de monnaie,
qui permet d’éviter les frais d’un compte de dépôt classique. Un risque d’autant plus important « en période de crise », où les épargnants, défiants vis-à-vis du système bancaire, pourraient convertir leurs comptes courants, selon la BCE. Pour éviter cet écueil, l’institut propose notamment de limiter le nombre d’euros numériques que chacun pourrait posséder ou échanger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *